En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une navigation personnalisée En savoir plus sur les cookies

Ok, c'est noté !
  • fr
  • en
    • Toutes les actus
    • #Tribune by Jean-René Buisson : Quelle place pour la communication aujourd’hui dans l’agroalimentaire ?

    #Tribune by Jean-René Buisson : Quelle place pour la communication aujourd'hui dans l'agroalimentaire ?

    01 juin 2018Actus Sopexa

    Entre la digitalisation des médias et l’exigence grandissante des consommateurs, la communication dans le monde agroalimentaire a fait sa révolution. Décryptage par Jean-René Buisson, Président du Directoire de Sopexa, à l'occasion du concours d’innovation étudiante Ecotrophelia.

     

     

    A l’heure où les réseaux sociaux font désormais partie de notre vie quotidienne et où le consommateur exige non seulement de la transparence, de la qualité mais aussi le respect de ses engagements sociétaux, la communication a bien sûr fait sa révolution. On est passé d’un discours très traditionnel « à sens unique » des marques vers les consommateurs, à un dialogue équilibré entre les parties prenantes. L’écosystème médiatique a été totalement bouleversé par le rôle incontournable des plateformes sociales où émergent sans cesse de nouveau sujets, de nouvelles controverses, mais aussi de nouveaux influenceurs.

     

    Le secteur du Food n’y a pas échappé. Au contraire même, face aux crises alimentaires de ces 15 dernières années et en raison du lien spécial et affectif que le consommateur entretient avec l’alimentation (besoin primaire : celui de se nourrir), celui-ci compte parmi les premiers à avoir dû s’adapter au consom’acteur.

     

    En effet, grâce aux réseaux sociaux, l’information est disponible facilement, rapidement et à toute heure. Le consommateur s’informe, reçoit de l’information, recherche avant de choisir. Les marques ne peuvent plus se satisfaire d’une campagne de communication grand public elles doivent échanger, partager avec leur consommateur et surtout adopter un « discours vérité ».  

     

    Les marques et les entreprises du food l’ont bien compris – toute prise de parole doit se faire avec une exigence particulière en termes de qualité et de transparence. Fleury Michon invite les consommateurs à venir voir sur place comment ses produits se fabriquent, et ça plait !

    On est passé à l’ère de la communication horizontale, où il s’agit d’établir et de maintenir un dialogue constant avec ses cibles dans un paysage très saturé d’information, et, plus encore, de le co-construire !

     

    Regardez la récente envolée de marques comme C’est Qui le Patron qui parvient à vendre plus de 50 millions de litres de lait sur le marché sans campagnes publicitaires massives ni force de vente commerciale !! Ici, les coûts de publicité sont remplacés par une communication de réseaux qui permettra de faire d’importantes économies sur le prix de vente – raison d’être de la marque. C’est la force du collectif, outre une idée géniale, qui fait le succès de cette marque dont le fondement est son utilité sociale. Non contente de bouleverser les paradigmes de la communication des marques en sollicitant en direct, et très en amont, les consommateurs pour recueillir leurs souhaits en matière de produit et en les rendant acteurs, celle-ci a chamboulé les modes opératoires des plans de communication traditionnels.

     

    Jean-René Buisson, Président du Directoire de Sopexa ®E.Legouhy
    Jean-René Buisson, Président du Directoire de Sopexa ®E.Legouhy

     

    La digitalisation des outils et des canaux de communication représente donc une belle opportunité de créativité et de prise de parole démultipliée. A l’ère du participatif qui voit des citoyens engagés et actifs sur la toile se transformer en influenceurs, le challenge reste de pouvoir émerger !  Il me semble essentiel de pouvoir offrir aux consommateurs une expérience marquante avec la marque ou l’entreprise. Cela passe bien sûr par un storytelling séduisant et un discours de marque qualitatif. Mais il faut aussi savoir identifier les influenceurs clés. Chez Sopexa, nous avons développé une relation privilégiée avec les leaders d’opinion ou « KOL » qui comptent, et ce, dans le monde entier, afin d’accompagner nos clients dans leur communication à l’international.  En Chine notamment, certains foodies sont de véritables stars suivies par des millions de fans ! Mais l’expérience avec la marque ne s’arrête pas aux réseaux sociaux et se développe à travers une approche multicanale essentielle pour démultiplier tous les points de contacts du consommateur avec un produit ou une marque. A un moment où nous sommes inondés d’information, environ 3000 publicités par jour par personne, il ne s’agit donc pas de plus communiquer mais de mieux communiquer. Chez Sopexa, c’est ce que nous nous efforçons de faire au quotidien !

     

     

    Grâce aux partenariats que certains étudiants parviennent à monter avec des distributeurs, certains voient même cet exercice prendre forme concrètement à l’issue du concours.

     

    Ce concours est nécessaire car il est essentiel de soutenir l’innovation chez ces jeunes qui sont les futurs créateurs d’entreprises de la Food tech française et européenne !