En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une navigation personnalisée En savoir plus sur les cookies

Ok, c'est noté !
  • fr
  • en
  • #ANTI-GASPI

    On a pris un café avec Jean Moreau, co-fondateur de Phénix

    03 juin 2019Par Ambre Huerre Paitry
    Actus et tendances food & drink

    Comment réduire le gaspillage et améliorer l'empreinte écologique et sociétale ? Pour le savoir, nous avons discuté avec Jean Moreau, dont l'entreprise Phénix accompagne ses clients vers l'économie circulaire.

    Bonjour Jean, nous sommes ravis de pouvoir échanger avec toi.  Peux-tu nous en dire plus sur le concept de Phenix ?

     

    Jean Moreau

    Phenix est une jeune entreprise engagée qui met entre les mains des citoyens et des entreprises des moyens faciles pour passer à l’action et lutter contre le gaspillage. Déterminés à bâtir un monde sans gaspillage, nous imaginons des solutions pour que les invendus ne deviennent jamais des déchets : don aux associations, revente aux particuliers avec notre application mobile, réemploi, alimentation animale, upcycling… Dernière née chez Phenix, l’application, qui permet aux citoyens d’agir concrètement contre le gaspillage en achetant à prix réduit les invendus des commerçants de leur quartier.

     

     

    Quel a été le déclic ?

    Avec mon associé Baptiste Corval, nous nous sommes intéressés au gaspillage grâce à un reportage à la télévision. Il faut dire qu’il y a de quoi faire… Chaque année en France, dix millions de tonnes de nourriture consommable sont jetés à la poubelle ; près d’un tiers de la production alimentaire est détruite sans être consommée, pour de simples défauts d’aspect ou une date de péremption qui approche… les enjeux sont énormes ! Nous avons commencé à réfléchir au concept de Phenix. L’ambition : réduire le gaspillage, en donnant une seconde vie aux produits. J’ai alors quitté les tableaux Excel et le confort que j’avais dans la banque où je travaillais pour lancer Phenix en 2014.  

     

    Phenix en 3 chiffres ?

    3 chiffres qui nous rendent fiers :

     

    • 100 000 repas sauvés tous les jours de la poubelle, grâce à notre app et à nos associations partenaires
    • 130 collaborateurs sur toute la France, pour accompagner nos clients au plus près sur la route de l’anti-gaspi
    • 9 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018, ce qui nous permet d’affirmer que business et intérêt général sont compatibles !

     

     

    Comment accompagnez-vous les entreprises ?

    Nous accompagnons les entreprises vers le Zéro Gaspillage, via 3 solutions :

    • Notre application mobile, qui permet aux citoyens engagés de sauver des invendus à prix réduits
    • Le don aux associations des produits en date courte
    • Ce qu’il reste, nous le donnons à des fermes pour nourrir leurs animaux. Ainsi, pas de gaspillage !

    Plat de pâtes avec des légumes

     

     

    Côté distribution, combien d’acteurs travaillent maintenant à vos côtés ?

     

    Nous sommes fiers de travailler avec 1000 points de vente (grande distribution, commerces de proximité, industriels…) et plus de 60 000 citoyens sur notre application.

     

    Phenix s’exporte en Belgique, en Suisse, en Espagne et au Portugal ! Prochaine étape, les Etats-Unis ?

     

    Qui sait ? Nous nous concentrons pour le moment sur l’Europe, mais il y a du travail à faire outre-Atlantique !

     

    L’accueil à l’international a-t-il été le même ? Avez-vous été surpris ? Avez-vous dû adapter votre offre au marché ?

     

    Oui, il est nécessaire d’adapter son offre au marché où nous nous implantons. Cependant, nous avons bénéficié du support à l’international de certaines enseignes avec lesquelles nous travaillons déjà en France, ce qui nous a permis de mieux cerner les besoins des clients dans les différents pays où nous opérons.

     

    Et le consommateur dans tout cela ? 

     

    Le consommateur a un rôle énorme à jouer dans la lutte contre le gaspillage. A lui seul, il serait responsable de 40% du gaspillage dans les pays occidentaux… Une prise de conscience est donc nécessaire, mais non suffisante. Nous invitons donc les citoyens engagés à passer à l’action en tant que bâtisseurs d’un monde sans gaspillage. Un moyen facile de commencer ? Notre application, évidemment ! Elle offre à chacun les moyens de lutter contre le gaspillage dans son quartier tout en faisant des économies.

     

    Application Phénix

     

    L’anti-gaspillage est devenu une tendance : comment s’impliquer sans se faire greenwasher ? Comment bien communiquer ?  Faut-il d’ailleurs communiquer ?

     

    Il est important de communiquer sur ses actions anti-gaspi, afin de donner de l’ampleur au mouvement. Cependant, toute communication doit être mesurée et réfléchie : aujourd’hui, le consommateur peut tout vérifier et remettre en question. Communiquer sur la base de chiffres et de résultats concrets est donc la meilleure solution.

     

    La France est leader sur la législation sur l’anti-gaspillage. Quel est le bilan que tu en fais au bout d’un an ? Comment vois-tu l’évolution de la prise en compte de la thématique anti-gaspillage par les gouvernements à l’international ?

     

    La France a voté dès 2016 une loi interdisant aux grandes surfaces de détruire ses invendus. Elle s’est ainsi positionnée en leader de l’anti-gaspi sur la scène internationale, où aucune loi semblable n’existait. Une loi dont nous sommes fiers, en tant qu’entreprise Française, et qui a permis l’éveil des consciences grâce à un traitement médiatique important. Il faudrait maintenant élargir cette loi aux autres secteurs concernés par le gaspillage : restauration collective, industries agro-alimentaires, grossistes et producteurs…

     

    Quelle est la dernière innovation #TechForGood qui t’inspire ?

     

    Yuka Je suis un grand fan de Yuka, qui donne aux consommateurs le pouvoir de mieux savoir ce qu’ils achètent et de manger mieux. C’est également un excellent exemple de service qui fait converger la transition numérique avec la transition écologique, qui sont étroitement liées.

     

    Quelle est ta vision pour l’avenir de Phenix ?

     

    L’avenir de Phenix sera porté par le mouvement des citoyens engagés pour de meilleures habitudes de consommation. C’est eux qui, par leurs choix et habitudes de consommation, façonneront le monde de demain. C’est pour cela que nous avons créé notre application anti-gaspi pour le grand public, car nous souhaitions donner à tous les moyens de s’engager facilement et à moindre coût contre le gaspillage alimentaire

     

    Les 5 conseils faciles pour l’anti-gaspillage ?

     

    • Réinventer notre manière de voir nos déchets : la règle la plus importante pour moi. Avec un peu d’imagination, des épluchures peuvent devenir des chips !
    • Bien s’organiser : faire une liste de courses, bien ranger son frigo pour ne rien abandonner dedans, congeler les produits qu’on ne mangera pas avant leur péremption
    • Faire un compost chez soi pour les restes des repas et les épluchures. Un bon compost peut vous éviter de produire 40 kg de déchets ! Sans compter vos plantes, qui seront ravies.
    Epluchures de courgettes
    • Comprendre les dates d’expiration : ne pas confondre les Dates Limites de Consommation (« à consommer avant ») avec les Dates Limites d’Utilisation Optimale (« à consommer de préférence avant »). S’il est déconseillé de manger le produit après la Date Limite de Consommation (œufs, viande, produits frais…), vous pouvez sans souci manger un produit dont la Date Limite d’Utilisation Optimale est dépassée (pâtes, biscuits, boissons, pâte à tartiner…) ! N’hésitez pas à sentir un aliment pour vérifier s’il est toujours bon après sa date !
    • S’aider de la technologie : Grâce aux applis, l’anti-gaspi est à portée de clic ! Vous pouvez facilement revendre un objet dont vous ne vous servez plus, ou acheter à prix réduit les invendus des commerçants près de chez vous !