En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une navigation personnalisée En savoir plus sur les cookies

Ok, c'est noté !
  • fr
  • en
  • Le premier vaccin au monde pour protéger les abeilles !

    19 décembre 2018Actus et tendances food & drink

    Sopexa poursuit son engagement auprès des abeilles… et une bonne nouvelle vient de nous parvenir ! Depuis le 14 décembre, des scientifiques finlandais ont mis au point ce qu’ils croient être le premier vaccin au monde pour protéger les abeilles, avec l’espoir d’enrayer le décès de cet insecte qui pourrait bien générer une crise alimentaire mondiale. 

     

    Si les abeilles participent à la pollinisation de plus de 90% des principales cultures qui couvrent la planète, elles sont bien en train d’être décimées par ce que l’on appelle le « syndrome de l’effondrement des colonies d’abeilles. » Les causes sont multiples et selon les scientifiques, ce déclin qui ne cesse de se creuser provoquerait une hausse irrémédiable des prix de l’alimentation et un risque de pénuries.   

     

    Ce vaccin, mis au point par une équipe de l’Université d’Helsinki, augmenterait la résistance nécessaire des abeilles à combattre des maladies microbiennes qui pourraient leur être fatale. 

    « Si nous pouvons sauver ne serait-ce qu’une petite partie de la population d’abeilles avec cette invention, je pense que nous avons fait notre bonne action et sauvé un peu le monde », a déclaré Dalial Freitak, chercheuse à la tête du projet.

     

    Les scientifiques estiment que les maladies et virus ne sont qu’une des nombreuses raisons de la perte des pollinisateurs. L’agriculture intensive, qui réduit la diversité de l’alimentation des insectes, en fait aussi partie.
    Mais la protection des populations d’abeilles contre les maladies les rendra plus fortes, et partant mieux équipées pour résister aux autres menaces. L’Union européenne et le Canada ont voté en faveur de l’interdiction des
    néonicotinoïdes, dont des études ont montré la nuisibilité pour la reproduction des abeilles.