En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une navigation personnalisée En savoir plus sur les cookies

Ok, c'est noté !
  • fr
  • en
  • Le Guānxì, sésame des médias chinois

    29 septembre 2015Interview

    La clé pour réussir ses relations presse en Chine tient en un mot : le Guānxì. C’est un phénomène très chinois qui n’a pas de traduction en français, il s’agit du fait d’activer et d’entretenir son réseau relationnel à travers des rencontres informelles. Les médias chinois sont très centralisés à Pékin, il est donc nécessaire de trouver chaque jour de nouveaux leviers pour renouveler le contenu, créer des passerelles entre les supports, fidéliser et divertir les journalistes et KOL de plus en plus sollicités.

    Yueping Wang, Directrice des Relations Presse & Relations Publiques – à Sopexa Chine, nous livre quelques astuces pour réussir ses relations presse sur le marché chinois.
     

    Comment une marque étrangère peut-elle faire parler d’elle ?

     

    La classe moyenne est très attachée à ses traditions alimentaires. Néanmoins, elle est de plus en plus séduite par les produits étrangers, synonymes d’un art de vivre qui fait rêver.  Il faut,  pour se démarquer, s’approprier, conquérir des territoires sur lesquels on ne nous attend pas ! Nous avons, par exemple, créé pour InterRhône, une campagne inédite et décalée en organisant un concours d’art, un défilé de mode, une pièce de théâtre et des courts métrages audiovisuels permettant de promouvoir différemment les vins de la Vallée du  Rhône. Tous les canaux digitaux ont été exploités pour créer le buzz : stratégie Social Media principalement sur WeChat, création de vidéos teaser, mobilisation d’e-influencers chinois…Ce qui a permis une très belle exploitation de l’évènement par la presse et les professionnels.

    Quelle est la place du digital en Chine ?

     

    Internet y est considéré comme la source d’information la plus fiable, devant la télévision et les journaux. Le paysage digital en Chine est très diversifié, plus dynamique et plus complexe. Les médias internationaux comme Twitter, Facebook et Youtube étant censurés, des concurrents comme Q Zone, RenRen, Douban, Kaixin, équivalents de Facebook ou encore WeChat ont émergés. WeChat compte près de 550 millions d’utilisateurs par mois et 55% d’entre eux consultent leur compte au moins 30 fois par jour. Les internautes chinois aiment se confier, critiquer et recommander une marque. Ils utilisent ces plateformes d’expression interactives comme outils de référence préachat. Il n’y a pas une Chine mais plusieurs Chine. Il est donc nécessaire d’adapter sa communication aux territoires, aux cultures… Le digital permet cette personnalisation nécessaire.
     

    Comment les produits étrangers sont-ils perçus ?

     

    Depuis les derniers scandales alimentaires et la montée en puissance d’une classe moyenne importante nous assistons en Chine a une vraie prise de conscience du « manger sain ». Le consommateur chinois est aujourd’hui très attaché à la sécurité alimentaire et à la qualité des produits et se tourne de plus en plus vers des produits étrangers qu’il juge plus rassurants. Si on prend l’exemple de la France, dont les produits sont très appréciés, celle-ci  est reconnue, grâce à notamment à un système de contrôle qualité performant, comme le pays ayant la meilleure qualité sanitaire au monde. Les produits importés, notamment français ou encore chiliens, ont une longueur d’avance qu’elles doivent exploiter. La santé, la nutrition, la traçabilité sont donc des axes de communication majeurs sur lesquels il est nécessaire de capitaliser. En effet, les consommateurs chinois, dont le pouvoir d’achat augmente régulièrement, sont prêts à payer plus pour un produit de confiance.

     

    Quel est pour vous le challenge le plus important ?

     

    Être toujours plus créatif et plus innovant et se renouveler tous les jours ! Les relations presse et relations publiques ne cessent de se développer en Chine. Le contact direct, la relation de confiance, la connaissance des marchés et de ses spécificités sont essentiels. Les RP doivent être au cœur de toutes les stratégies  de valorisation et de communication.
     

    Source: Sopexa chine 2015