En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une navigation personnalisée En savoir plus sur les cookies

Ok, c'est noté !
  • fr
  • en
  • Always be open (mots)

    L'engagement social et solidaire a sa place au restaurant

    31 mai 2019Par Ghislaine Plus
    Actus et tendances food & drink

    Ici et là, se développent des concepts de restaurants centrés sur un engagement tourné vers l’humain, l’inclusion sociale, la solidarité... autant d’initiatives citoyennes qui reposent sur le collectif, sur une communauté d’action rassemblant restaurateurs, fournisseurs et consommateurs.

    Le « Taste good, Do good » (ou « Bien manger tout en faisant du bien autour de soi ») 

     

    Au-delà de l’engagement écologique, on voit naître dans toutes les régions du monde des restaurants qui placent l’engagement social et solidaire au centre de leur raison d’être.  Il s’agit de restaurants qui encouragent le lien social et favorisent l’inclusion.

     

    #MIXITE ET LIEN SOCIAL

     

    Refettorio Paris

    ©shehanhanwellage

    Le REFETTORIO de Milan, créé par le Chef étoilé Massimo Bottura, a depuis 2018 son pendant à Paris, après une ouverture à Modène, Bologne, Rio et Londres ! Ce restaurant solidaire, niché dans les cryptes de l’église de la Madeleine, est né de la collaboration de Food for Soul, l’association à but non lucratif fondée par Massimo Bottura, avec « Le Foyer » de la Madeleine (restaurant social).

     

    Le Refettorio propose un service de restauration du soir, gratuit pour les personnes les plus vulnérables, en situation d’exclusion et de précarité, qui est assuré par des bénévoles. En cuisine, chaque soir, un chef, voire, un grand chef, concocte bénévolement le menu à partir d’aliments invendus fournis par des partenaires (Banque Alimentaire…).

    Au-delà de l’aspect caritatif, le Refettorio Paris se veut aussi un projet culturel. Il propose aux plus démunis d’expérimenter le bon et le beau tout en gardant un lien social, dans un espace chaleureux, accueillant et inspirant, pensé par des artistes, architectes et designers qui se sont également impliqués dans le projet.

     

    En France, avec LES PETITES CANTINES, c’est la fête des Voisins tous les jours ! A Lyon, Lille, Strasbourg, Annecy et Nantes, ce réseau de cantines de quartier, ouvert à tous, a pour objectif de développer les liens de proximité et de promouvoir l’alimentation durable. Les habitants et les salariés d’un quartier peuvent ainsi manger ensemble. Chacun participe à hauteur de ce qu’il peut et est invité à participer à l’organisation.

     

    L’association française ERNEST tisse des réseaux de consommation solidaires, locaux, à l’échelle de territoires (Est Parisien, Toulouse, Londres, Bordeaux). Elle compte 150 restaurants membres qui adhèrent au « Pourmanger » pendant 6 mois de l’année : le restaurateur majore un article de son établissement de quelques centimes (10 cts en plus sur un café, 50 cts sur une addition, 1€ sur un plat, etc) et le consommateur peut laisser une participation en réglant la note du restaurant. Les fonds ainsi collectés financent des actions locales d’aide alimentaire, projets associatifs, repas pour les démunis, contribution financière à des programmes alimentaires, etc.

     

    On peut encore citer : Le RECHO (contraction de Refuge, Chaleur et Optimisme), projet solidaire à l’attention des réfugiés, lancé en 2016 par la chef et comédienne Vanessa Krycève.  Le Recho, c’est un foodtruck financé par le crowdfunding et le soutien de chefs connus. Aujourd’hui ce sont aussi des ateliers cuisine où les habitants et les réfugiés cuisinent puis mangent ensemble, et des restaurants : Le Grand Recho (octobre 2018) à Arras puis à un autre à Paris.

     

    #INCLUSION, #FORMATION #EMPOWERMENT

     

    A découvrir également, les restaurants qui ont pour projet l’inclusion par la formation et le travail en restauration, que ce soit en cuisine ou dans le service en salle.

     

    A Londres, THE BRIGADE KITCHEN a pour ambition d’aider les sans-abris ou les personnes en grande précarité à retrouver un emploi à travers des programmes de formation à la restauration. 6 mois d’apprentissage au restaurant The Brigade viennent boucler la formation, suivis de 7 mois dans un autre restaurant londonien.  Une initiative inspirée de la « référence » londonienne CAFE FROM CRISIS, qui réinsère des personnes sortant de prison et des sans-abris.  

     

    Au Maroc, les exemples de restaurants solidaires ne manquent pas non plus. Inauguré le 21 avril dernier, le restaurant école solidaire de AGAPÉ à Marrakech a été créé pour venir en aide aux jeunes défavorisés de la ville. Chaque repas commandé permet aux jeunes apprentis d’être formés par des professionnels

    Moules dans une poêle  ©Margo Brodowicz

     
     #WOMENEMPOWERMENT


    Liban
     : si vous passez par Beirut, allez goûter aux spécialités locales cuisinées selon des recettes ancestrales, chez ASHGHALOUNA (« notre travail » en arabe). Tout en profitant de ce restaurant associatif installé dans une belle demeure historique et de son magnifique jardin, vous apporterez ainsi votre soutien aux femmes qui sont aux fourneaux, toutes veuves avec une famille à charge. Grâce au revenu du restaurant et d’une boutique d’artisanat, Ashghalouna assure également l’accès à l’Education et au système de santé pour les enfants des personnes employées. 

    En Australie, FOUR BRAVE WOMEN propose une cuisine signée par des chefs réfugiés de différents pays. C’est le restaurant de l’association The Trading circle qui permet aux femmes de se lancer dans une activité professionnelle.

     

    En France, côté traiteurs, MAM’AYOKA (« qui donne de la joie » en langue yoruba) est un restaurant solidaire complété d’un service traiteur situé dans le nord de Paris. En cuisine, des femmes du quartier au chômage, qui viennent des quatre coins du monde, et qui ont des talents de cuisinières », explique la fondatrice.

     

    Et bien sûr, on adore MEET MY MAMMA qui révèle les talents culinaires de femmes issues de tous types de migration pour faire découvrir les cuisines du monde les plus authentiques, faites maison et préparées avec amour par les meilleures cheffes : nos Mamas. MeetMyMama commence à se faire un nom avec ses prestations pour les événements en entreprises, privatisations, ateliers culinaires…

     

    #INCLUSION #HANDICAP

     

    Chefs en cuisine

    Photo by Michael Browning

    Certains de ces projets sont dédiés aux personnes souffrant de handicaps tels que la Trisomie 21 ou l’autisme, rarement intégrées dans le milieu professionnel, malgré leurs diverses compétences. Là encore, ce sont des initiatives qui investissent dans la formation. Ces restaurants ou cafés font aussi le pari d’apporter aux consommateurs urbains une parenthèse, un moment de rencontre atypique.

     

     

    Le tout nouveau EN 10 SAVEURS à Levallois Perret en est une illustration. Mais on peut aussi citer LE REFLET à Nantes et bientôt à Paris. Et bien sûr, CAFÉ JOYEUX, un coffee shop qui redonne dignité à des personnes en handicap cognitif en leur offrant un travail en milieu ordinaire. L’enseigne emploie vingt-cinq travailleurs handicapés en CDI dans deux établissements à Paris et un à Rennes.

     

    L’inclusion côté clients…

     

    A Sydney, Australie, les restaurants de la franchise RASHAYS proposent désormais des horaires spéciaux pour les consommateurs souffrant d’un déficit sensoriel.  Tous les mercredis de 17h à 18 h, le restaurant baisse la lumière, limite au maximum l’usage de machines bruyantes et renforce son équipe de serveurs afin de pouvoir accueillir dans les meilleures conditions, des personnes souffrant d’autisme et leur famille.

     

    « Bon dans l’assiette, bon pour la planète », découvrez  comment les restaurants répondent au défi environnemental